• Facebook - Black Circle
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube

Racontemoi33concerts - Tous droits réservés Loïc Lost Stephan

marque déposée à l'INPI - Site web by Agence Fabian Fischer Paris, octobre 2018

logo raconte moi 33 concerts

Tout a commencé très jeune, à peine adolescent, par une Sainte Trilogie. Bristish Steel de Judas Priest, Demolition Boy de Girlschool et Highway To Hell d’AC/DC. Elle ne m’a jamais lâché.

Des albums qui m’ont fait entrer de plain-pied dans la musique. Ils avaient tout : des titres imparables, des pochettes percutantes, une imagerie folle. Judas et son look cuir, Angus Young et ses cornes de diable, les sales gosses de Girlschool. Depuis, le metal et la musique ont toujours fait partie de ma vie. Une vraie drogue.

Dès le début, image et musique m’ont remué. Je voyais ces posters des membres de KISS chez le disquaire de la rue des Poilus de La Ciotat et cette dimension extraordinaire me fascinait.

Les flammes, le sang, la fumée. Que dire du Alive II des américains avec son introduction magistrale !

La photo d’Angus Young dans le livret de ‘Back In Black’ me renvoyait une telle puissance ! Tous ces artistes faisaient figure de héros pour le tout jeune adolescent que j’étais.

Puis j'ai découvert, entres autres, les Sex Pistols, Adam & The Ants, David Bowie, Twisted Sister, groupes marquant autant les tympans que les rétines ! Je découvrais un univers merveilleux, rebelle et transgressif, un monde de liberté.

 

Et pour vivre encore plus cette passion, il y avait des revues. Best et Rock’n’Folk. Quel choc quand je découvris Best, le numéro 159, Octobre 1981, avec Angus Young en couverture ! J’y lisais les interviews, les comptes-rendus des festivals de Reading ou du Monster of Rock à Castle-Donington, grand-messes inaccessibles à l’époque. Et les photos. Je me rappelle d’images de concerts : un flou d’Angus, une photo de Foreigner qui exprimait une telle énergie. Tout cela me parlait réellement et alimentait mon imaginaire rock’n’roll avide de découverte.

 

Les concerts sont arrivés naturellement. Le premier : Dire Straits au Palais des Sports à l’époque de Love Over Gold. Ensuite le premier metal : Judas Priest à Balard avec Ted Nugent en première partie. Et une multitude d’autres beaux souvenirs : Iron Maiden sur le Somewhere On Tour, Metallica durant la tournée du Black Album ou encore KISS très récemment au Zénith de Paris. Quelles sensations ! Que d’émotions ressenties dans une salle de concert, grande ou petite ! Le concert, là où tout se joue finalement.

 

En 2009, ma route croise celle de RadioMetal. Le 16 Juin, je couvre mon premier concert, appareil photo, crayon et bloc-notes en mains. Je ne suis plus adolescent, ma vie, mes études m’ont conduit loin de cet univers. Quel bonheur de vivre ces nouveaux moments... Quelle joie de mêler mes deux passions : musique et photographie. Quelle émotion de photographier KISS ou Twisted Sister, quelle sensation étrange de photographier, de chroniquer les concerts de mes idoles.

 

Ouvert à tous les univers, j’ai couvert pour différents media (Fonkadelica, AmongTheLiving, RockUrLife) des artistes de tous horizons, funk, soul, blues, reggae. De belles découvertes le plus souvent, même sans nécessairement connaître les artistes au départ. La curiosité est gratifiante, vivifiante et une chose est sûre, en musique, il est essentiel de brûler les chapelles.

 

Et l’aventure ne fait que commencer !

Loïc LOST Stephan